Étiquettes

, , , , , , , ,

Yann Syz, candidat à Lorient pour les législatives 2012, avec Émilie Dabo, suppléante

Yann Syz, candidat à Lorient pour les législatives 2012, avec Émilie Dabo, suppléante

Lanester Nouvelle Citoyenneté est une association de Lanester, engagée dans la vie civique locale. D’ailleurs, elle compose une grande part de la majorité municipale de cette commune et le maire Thérèse Thierry en est issue. Elle a écrit une lettre aux candidats aux législatives, portant sur les préoccupations économiques et sociale, mais surtout sur notre conception de la démocratie et du rôle du député. Voir leur lettre ici :http://www.lanesternouvellecitoyennete.fr/web/index.php?option=com_content&view=article&id=79:lettrecandidatslegislatives2012

Nous y avons bien entendu répondu. Sans développer les différents points de notre programme déjà abordés ici ou dans les tracts que vous avez reçu, mais en développant des questions liées à notre conception de la démocratie:

Madame La Présidente,

A l’occasion de cette campagne des législatives, vous avez souhaité m’interpeller sur la question de la démocratie et de l’exigence croissante et légitime de la population d’être associée ou, à tout le moins , consultée en amont des décisions de ses représentants .  

Responsable d’un parti régionaliste qui se bat contre le centralisme et le jacobinisme français, la question de la démocratie est au centre de mon engagement politique depuis des années . C’est d’ailleurs sur cette réflexion sur la démocratie politique et sociale que je suis entré à l’UDB, bien plus que sur des sujets culturels ou identitaires.

Candidat aux élections législatives dans la 5ème , le sens que je souhaite donner à ma campagne est  de donner une majorité de gauche au président de la République et au gouvernement en portant la diversité de cette gauche, condition de sa réussite .

Le combat pour la démocratie n’est jamais gagné, il est permanent . Les messages adressés par les électeurs lors de ces élections présidentielles sont multiples et comme vous l’indiquez dans votre interpellation, une minorité de plus en plus importante exprime par son vote une méfiance du monde politique et une défiance à l’égard des « élites » qui doivent inquiéter tous les démocrates . Le rejet croissant et inquiétant de l’Europe traduit, lui aussi, un déficit démocratique qu’il conviendra de traiter rapidement . Pour ma part, je défends une conception fédérale de l’Europe . 

Le renforcement, absolument nécessaire de la démocratie suppose des changements profonds des pratiques politiques et de nos institutions . Celles-ci sont marquées par un centralisme et une verticalité qui ne correspond plus aux aspirations de la population qui vit dans une société de l’information et de la communication immédiate .

L’approfondissement de la démocratie passe d’abord par une réforme du cadre juridique dans lequel cette démocratie s’exerce, c’est à dire nos institutions .

Le quinquennat qui vient de se terminer a été marqué par une dérive « monarchique » sans précédent .

Je suis partisan d’une redéfinition des rôles respectifs du président de la république, du 1er ministre et du parlement   : Le 1er ministre doit gouverner, l’Assemblée Nationale doit légiférer et le Sénat doit représenter les régions .

Par ailleurs, l’empilement des structures (Europe-Etat-Région-intercommunalité-Commune) empêche toute lisibilité et efficacité de l’action publique . La généralisation des financements croisés est incompréhensible pour le citoyen .

Je défends l’idée d’un « fédéralisme différencié » plaçant en Bretagne la région comme niveau stratégique , lui conférant une autonomie financière et des pouvoirs législatifs, à l’instar de ce qui existe dans la majorité des pays européens . Je prône la suppression du conseil général, niveau de décision devenu obsolète, et l’élection au suffrage universel direct des représentants aux communautés d’agglomération .

Je suis convaincu que ce sont là quelque unes des conditions indispensables à la rénovation de notre démocratie .

Nos gouvernements sont toujours prompts à s’inspirer du voisin allemand. Ils oublient que ce pays s’appuie sur un dialogue social fort, une confiance dans les Länders, une habitude de penser en réseau autour des « régions » et des PME. Ce point montre que les schéma de pensée sur l’organisation démocratique sont intimement liés aux schémas économiques et sociaux.  En clair, pour moi le nouveau président ne devra pas être dans l’action personnelle et directe. Il devra libérer le dialogue social et démocratique à tous les niveaux, et laisser les régions, périmètre d’action de demain, gérer ce qui leur est propre et leurs atouts. Qui mieux que la région Bretagne s’impliquera dans une véritable politique maritime, dans la protection de l’eau, dans l’utilisation de ses atouts énergétiques ?

La rénovation de la démocratie passe également par des pratiques politiques respectueuses des engagements pris, modestes et responsables .

Le cumul des mandats choque, à juste titre, nos concitoyens ; je m’engage, et à l’UDB, nous l’appliquons à n’exercer qu’un mandat principal . 

La recherche permanente , notamment au niveau local, de nouvelles pratiques citoyennes doit être encouragée .

A cet égard, l’initiative prise par la municipalité de Lanester de mettre en place des structures de citoyens par quartier est intéressante .

En ce qui concerne le rôle du député, je considère qu’il doit être un animateur local des débats parlementaires .

Si je suis élu, je m’engage à adresser à toute la population de la circonscription, un compte rendu d’activités à l’issue de chacune des sessions parlementaires, pratique qui ne m’est pas inconnue comme en témoigne le bilan d’étape des élus municipaux UDB que je vous est remis.

En amont des débats les plus importants à l’assemblée nationale , je m’engage à consulter les élus locaux de la circonscription .

Enfin, le rôle du député est aussi de porter les problématiques de notre circonscription au premier rang desquelles je place les questions sociales (emploi et logement) et de donner des perspectives de développement à notre territoire en partant de ses atouts et notamment les activités liées à la mer et le savoir-faire industriel .

  

Je veux porter l’analyse de ceux qui disent que la crise écologique ne se résoudra que par la mobilisation de la société dans son ensemble, que la crise du politique se résoudra par la facilitation de l’implication citoyenne et la responsabilisation des échelons régionaux et locaux, et qu’en matière social la norme doit reposer sur les remontées du dialogue des acteurs. Bref, c’est une candidature qui porte la complexité des enjeux, pas une candidature qui dit « je suis celui/celle qui résoudra tout » mais qui dit : « organisons l’intelligence collective ».

Mon engagement politique se fonde donc d’abord sur une conception démocratique du débat et de l’action publique qu’il convient, dans les faits de renforcer. La situation de difficultés que vivent nombre de nos concitoyens nous donne des exigences supplémentaires de transparence, d’écoute et de responsabilité. C’est l’un de mes engagement dans cette campagne .   

Je vous prie d’agréer, Madame La Présidente, l’assurance de mes sentiments les meilleurs .

Yann SYZ

 

• • •

Pourquoi je suis candidat ? • Consultez mon blog • Mon programme

Retrouvez-moi sur Facebook • sur Twitter