Étiquettes

, , , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

ABP—1/ Etes vous favorable ou défavorable à la réunification de la Bretagne ?

Anne-Marie KERVERN (UDB) Oui, tout à fait. Je suis signataire de l’appel de Bretagne Réunie aux candidats aux élections législatives. Je suis à l’initiative de l’adoption par le conseil municipal de Brest d’un voeu en faveur de l’ouverture d’un débat public pour une réorganisation du découpage régional.

ABP—2/ Etes vous favorable à la signature de la Charte européenne des langues minoritaires et à la reconnaissance du bilinguisme breton/français ?

Anne-Marie KERVERN (UDB) Oui, tout à fait. J’ai répondu en ce sens au questionnaire que la fédération Kevre Breizh a adressé aux candidats aux élections législatives. Je suis pour un statut de coofficialité du français et du breton en Bretagne.

ABP —3/ Si vous êtes élu, accepteriez-vous d’abandonner vos autres mandats ? Anne-Marie KERVERN (UDB)

J’ai fait savoir publiquement que si j’étais élue députée, je renoncerai à mes fonctions d’adjointe au maire de Brest car le cumul d’un mandat de parlementaire et d’une fonction exécutive dans une collective présente le risque potentiel d’un conflit d’intérêts. En revanche j’accomplirai mon mandat de conseillère municipale de base jusqu’aux prochaines élections car il me paraît important de garder ce contact avec le terrain.

ABP —4/ Etes vous prêt à former avec vos collègues députés bretons un collectif trans-partis pour défendre les intérêts de la Bretagne ?

Anne-Marie KERVERN (UDB) Les questions relatives à l’identité collective des Bretons (langues, culture, réunification administrative de la Bretagne) peuvent être abordées en surmontant le clivage droite-gauche. C’est d’ailleurs une condition de l’efficacité.

ABP—5/ Actuellement, 62.5% de l’énergie bretonne provient des centrales nucléaires françaises. Etes-vous favorable au développement de l’autosuffisance énergétique bretonne et que proposez-vous pour y arriver ?

Anne-Marie KERVERN (UDB) Je défends le principe de l’autonomie énergétique des territoires, au niveau régional et même à un niveau plus local quand c’est possible (cf l’exemple de la communauté de communes du Mené). Cette autonomie énergétique des territoires peut être obtenue en agissant à la fois sur trois plans: la sobriété (lutter contre les dépenses énergétiques inutiles et néfastes à l’environnement), l’efficacité (améliorer les rendements), le développement accéléré des énergies renouvelables.

ABP—6/ Aujourd’hui, la construction navale bretonne est en péril. Soutiendrez-vous son redressement et que ferez-vous pour améliorer la situation de l’emploi en Bretagne ?

Anne-Marie KERVERN (UDB) J’ai participé activement à la mobilisation pour le sauvetage de l’activité et des emplois au chantier naval Sobrena à Brest, qui a été repris par l’entreprise néerlandais Damen. Cette reprise, qui s’est déjà traduite par un plan de charges, prouve que la construction et la réparation navales ont un avenir en Bretagne. Je milite aussi pour la création en Bretagne d’une filière de déconstruction des navires en fin de vie, en particulier ceux de la Marine nationale. Au plan général de l’emploi je milite ardemment pour reconnecter l’économie et les territoires. Je suis donc très favorable à la création d’une banque publique d’investissement au service des économies régionales, afin de favoriser l’accès des PME-PMI au crédit.

ABP—7/ Etes vous pour ou contre le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes ?

Anne-Marie KERVERN (UDB) La Bretagne a besoin d’un schéma aéroportuaire global qui lui fait défaut. C’est ce que mes collègues de l’UDB réclament depuis plusieurs années au Conseil régional de Bretagne. Ce schéma aéroportuaire global devra prendre en compte l’impact prévisible du programme Bretagne Grande Vitesse qui devrait mettre Brest et Quimper à 1h30 de Rennes. Dans ce contexte la Bretagne et ses collectivités ne pourront plus se payer le luxe d’entretenir 10 aéroports pour le trafic commercial. Dans ce schéma-là, le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes devrait faire l’objet d’un éco-bilan avant le lancement des travaux afin de déterminer si sa création serait de nature à réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par le trafic aérien en Bretagne (surtout dues au décollage) ou au contraire à les augmenter. Cet éco-bilan devrait être réalisé sous le contrôle de l’Etat et des collectivités mais aussi des associations environnementales.

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=26238&title=ABP%20interroge%20les%20candidats%20aux%20l%C3%A9gislatives%20:%20les%20r%C3%A9ponses%20dans%20le%20Finist%C3%A8re%20(1/2)
Copyright © agencebretagnepresse.com

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMon programme

Retrouvez-moi sur Facebook

Clips de campagne

Réunions publiques