Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

http://www.bretagne-durable.info/ecomag/interview/udb-diminuer-consommation-d%C3%A9nergie-par-sobri%C3%A9t%C3%A9-et-lefficacit%C3%A9

À l’occasion d’une conférence intitulée « De quoi la relance sera-t-elle faite ? », qui s’est tenue à Brest vendredi dernier, Anne-Marie Kervern, candidate UDB (Union Démocratique Bretonne) dans la circonscription de Brest-ville, et Christian Guyonvarc’h – son directeur de campagne et membre du conseil régional – reviennent sur les différents enjeux du changement climatique et d’une économie durable. Pour Anne-Marie Kervern, face aux défis climatiques et énergétiques : « Il faut mettre des éléments de savoir et de connaissance à la disposition des citoyens »

Outre les législatives quelle est la motivation principale de cette conférence ?

C.G : Nous faisons le constat que quelques jours avant l’ouverture de la conférence Rio + 20 , le concept de développement durable lancé en 1992 à Rio a échoué. Les objectifs fixés, telle la réduction de l’empreinte écologique, la réduction de la pauvreté et la faim dans le monde n’ont pas été atteints.

A-M.K : En effet, vingt ans après le premier sommet de la Terre à Rio, un milliard de personnes souffrent de la faim… et pratiquement tous sont des paysans !
Même si certains pays ont amélioré leur bilan carbone, globalement la planète émet plus de gaz à effet de serre. La société de l’après-pétrole doit être envisagée car c’est la fin programmée des énergies fossiles, Alain Retière réalise une présentation ce soir sur ce thème. La France est très en retard par rapport à d’autres pays européens sur la production d’énergies renouvelables.

En quoi vous différenciez-vous des autres partis politiques comme EELV ou le PS dans votre projet électoral ?

A-M.K : Sur Brest, nous ne menons pas de campagnes superficielles ou provocantes. Le candidat de la droite, Marc Berthelotfait campagne sur un thème ahurissant qui est le déremboursement des avortements de confort. Je ne suis pas là pour dire ce qu’il convient de faire, je suis là pour mettre des éléments de savoir et de connaissance à la disposition des citoyens, et ce afin qu’ils puissent tirer leur propre conclusion.

Pourquoi se focaliser sur le thème de l’énergie ?

C.G : Pour nous, tant qu’on sera dans l’économie des énergies fossiles – comme le gaz de schiste- de plus en plus rares et coûteuses à exploiter, ces ressources seront de moins en moins accessibles aux plus pauvres. Pour un parti comme l’UDB, qui depuis bientôt cinquante ans promeut l’autonomie sur tous les plans, l’autonomie énergétique, ça nous parle !

Pourquoi contestez-vous le projet de centrale à gaz de Landivisiau ? Comment évolue le projet ?

A-M.K : Quand la question est arrivée au Conseil de Brest, je m’y suis immédiatement opposée, au motif que la communauté urbaine venait d’accueillir le centre Climsat , dédié à l’étude du climat et la réduction des gaz à effet de serre. Il me semblait aberrant d’approuver une centrale qui ferait augmenter les émissions de gaz à effet de serre de 8 % en Bretagne.

Le PS restait jusqu’ici dans la droite ligne du pacte électrique breton en faveur de la centrale. Pourtant ce projet de centrale thermique ferait venir du gaz de Russie ou d’Algérie, des pays instables politiquement ou alors ce serait du gaz de schiste venu de Pologne ou des États-Unis. Ceci ne contribuerait en rien à consolider l’indépendance énergétique de la Bretagne ou de la France. À présent certains élus du PS et du Front de Gauche prennent position contre le projet de centrale. Voilà deux ans que nous dénonçons ce projet et nous soutenons le collectif Gaspareen ce sens.

Quelles alternatives permettraient à une ville comme Brest d’être autonome en énergie selon vous ?

A-M.K : La municipalité de Brest a aménagé le polder du Moulin Blancafin d’accueillir une industrie d’énergies marines renouvelables. On espère aussi obtenir à moyen terme une fabrication d’éoliennes marines flottantes. Les compétences de ces technologies se trouvent en Bretagne.

C.G : Il faut aussi diminuer la consommation d’énergie par la sobriété et l’efficacité. Pour nous il semblait donc essentiel d’arrêter d’éclairer les aéroports en pleine nuit, nous avons réussi à obtenir qu’un éclairage sur deux soit éteint.

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMon programme

Retrouvez-moi sur Facebook

Clips de campagne

Réunions publiques

Advertisements