Étiquettes

,

L’UD CFTC 44 écrit aux candidat(e)s UDB aux législatives du 44

http://cftc44.pagesperso-orange.fr/Edito/Editorial_3.pdf

• • •

            Nous sommes en effet favorables à l’abrogation de la loi du 20/08/2008.

            Néanmoins, les élections, comme baromètre de représentativité ne constituent pas un mauvais outil en soi. En politique, comme en syndicalisme, les rapports de force tiennent une place prépondérante dans les relations humaines et à fortiori professionnelles et sociales.

            Une société libre et démocratique a un besoin impérieux et permanent d’organisation collective et de représentation. De ce fait, la démarche syndicale est l’expression de la capacité à organiser la représentation des salariés. Nous sommes philosophiquement désireux pour que dans l’organisation de la société démocratique, les corps intermédiaires aient une place importante car elles constituent un contre-pouvoir et donc un rempart à des excès de gouvernance, souvent dus à une hégémonie.

            Cette hégémonie doit aussi être éviter au niveau syndical. C’est la raison pour laquelle nous sommes favorables à l’abrogation de la loi sus-dite, car il est à craindre, avec le temps qu’elle favorise une structure syndicale trop hégémonique précisément.

            Par contre, il est clair que nous avons un gros problème de syndicalisation en France et de ce fait de la représentativité syndicale à l’égard des autres partenaires sociaux. Il est impératif que les syndicats soient renforcés et que le problème de représentativité est la conséquence de leur multiplicité, car partant du fait qu’ils sont tous représentatifs de quelques uns, ils ne le sont pas tous de façon égale. C’est de là qu’est née la notion de syndicats « les plus représentatifs ».

            Nous considérons donc que les syndicats doivent se renforcer aux niveau de leurs adhérents, 1er critère de représentativité. Pour ce faire, c’est une démarche qui appartient aux syndicats et le Législateur doit mettre en place des dispositions législatives permettant un accès plus facilité et plus libre aux salariés des PME/PMI/TPE en particulier.

            Le second volet de réforme consiste à renforcer la représentativité syndicale en favorisant des regroupements et alliances, tout en respectant la diversité d’opinions, sachant que le nombre de positions clivantes est relativement réduit, ce qui devrait faciliter les regroupements, quitte à ce que la Loi les prévoit « de circonstances ». Il convient aussi de revoir les conditions de vote et  de pourcentages.

C’est donc vers une nouvelle Loi, élaborée avec les différents partenaires sociaux, que va notre avis et traitant des 2 volets ci-dessus.

         Espérant avoir répondu à votre questionnement,

         Bien cordialement,

Pour l’Union démocratique bretonne,

Les candidat(e)s présentés ou investis par l’UDB aux élections législatives des 10 et 17 juin 2012 en Loire-Atlantique

Yann QUEMENEUR, titulaire, et Clara LEVREL, remplaçante, dans la 4ème circonscription de Loire-Atlantique, (Nantes-Rezé)