Étiquettes

, , , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Le 27 mai 1943 le Conseil National de la Résistance tenait sa première réunion, sous la présidence de Jean Moulin. Son dernier membre encore vivant, Raymond Aubrac, est décédé il y a quelques semaines.

Pour honorer la mémoire de ceux qui ont organisé la Résistance au nazisme et auxquels on doit toutes les grandes avancées démocratiques et sociales de la Libération, dont le droit de vote pour les femmes et la création de la sécurité sociale, une cérémonie se tenait à Brest le dimanche 27 mai 2012. Cette cérémonie s’est déroulée sous la présidence de Charles Paperon, ami de Raymond Aubrac, un Brestois résistant de la première heure qui est entré en Résistance dès l’âge de 14 ans et dans les forces combattantes des Forces Françaises Libres à 17 ans :

http://www.1dfl.fr/1-de-la-dfl/charles-paperon-bm-24/

Anne-Marie Kervern, adjointe au maire de Brest, avait été invitée personnellement à participer à cette cérémonie émouvante. Elle était accompagnée de plusieurs militants de l’UDB : Christian Guyonvarc’h, conseiller régional, Alain Kervern, secrétaire de la section locale, Emilie L’Hostis, responsable des Jeunes de l’UDB (UDByaouank).

Dans son message solennel mais sobre et d’autant plus émouvant, Charles Paperon a rappelé le parcours de Jean Moulin et celui de Lucie et Raymond Aubrac. Il a tenu à souligner que le message du Conseil National de la Résistance, matérialisé dans son programme de 1944 et ses valeurs universelles, n’avait rien perdu de sa force et restait d’actualité, en France, en Europe et ailleurs, non seulement sur le terrain des libertés fondamentales mais aussi sur celui de la justice sociale :

http://www.citoyens-resistants.fr/spip.php?article113

C’est d’ailleurs le sens de l’engagement de Charles Paperon, au côté de Stéphane Hessel, dans l’association « Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui » qui est née des rassemblements citoyens aux Glières de 2007 et 2008, en résistance précisément au détricotage de la sécurité sociale et à certains discours de stigmatisation contre des populations à raison de leurs origines:

http://www.citoyens-resistants.fr/spip.php?article199

A Brest, un dialogue riche s’est engagé depuis plusieurs années entre l’Union démocratique bretonne et les responsables locaux de l’ARAC (Association républicaine des anciens combattants). Ce dialogue permet d’aborder des questions comme :

–        la transmission du message de la Résistance et de la mémoire du martyr de toutes les populations qui ont été visées par la barbarie nazie, à raison de leur religion, leur culture ou leur genre,

–        la transmission de cette mémoire aux nouvelles générations,

–        la prise en compte de toutes les diversités culturelles dans la démocratie d’aujourd’hui, celles issues des mouvements migratoires comme celles des peuples autochtones de l’espace français tel le peuple breton.

Ce faisant, les militants brestois de l’UDB agissent concrètement pour un dépassement des antagonismes entre identités bretonne, française, européenne et universelle. C’est dans un travail de conciliation des identités, à l’opposé de toutes les approches exclusives, donc excluantes, que peut se construire la démocratie du 21ème siècle. Le fédéralisme en est la forme institutionnelle aboutie.

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMes engagements

Retrouvez-moi sur Facebook

Clips de campagne

Réunions publiques

Advertisements