Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Yann Quéméneur, candidat UDB - EELV à Nantes Rezé Bouaye, avec Clara Levrel, suppléante

Yann Quéméneur, candidat UDB – EELV à Nantes Rezé Bouaye, avec Clara Levrel, suppléante

Ouest-France du samedi 19 mai 2012

Yann Quéméneur, candidat UDB - EELV en sud-Loire, Clara Levrel suppléante

Yann Quéméneur, candidat UDB – EELV en sud-Loire, Clara Levrel suppléante (c) Ouest-France

Législatives 2012

L’union démocratique bretonne a le soutien d’Europe éoclogie – les Verts et tente une percée dans la circonscription de Rezé.

Yann Quéméneur, 43 ans, artiste peintre, est la figure montante de l’Union démocratique bretonne dans l’agglo sud. Rezéen, il a monté voilà qautre ans une section sud Loire (qui réunit dix membres) et connu son baptême du feu électoral lors des cantonales à Vertou. Ce scrutin lui a permis de constater que l’UDB progresse en sud Loire. « On doit continuer à expliquer qui nous sommes : un parti fédéraliste, de gauche et écologiste », se réjouit Yann Quéméneur.

« Le vrai problème en France est celui du centralisme. Avec un État fédéral, on aurait des énergies locales plus fortes, on agirait plus vite et mieux. » Le régionalisme, il le voit comme « une forme de contre-pouvoir » de territoires forts de leurs identités culturelles historiques. Ce qui signifie « la Loire-Atlantique en Bretagne et la Vendée rattachée au Poitou ».

Sa suppléante Clara Levrel, 21 ans, est étudiante en biologie à l’université de Nantes. Par cette campagne législative, ils veulent augmenter la notoriété de l’UDB et remettre leur tract à tous les électeurs de la circonscription. Un tract où la petite fleur d’Europe écologie les Verts figure en bonne place à côté de la colombe celtique de l’UDB. Une fleur donnant de l’éclat et de l’élan à Yann Quéméneur. Un peu, beaucoup… Cela reste à voir, car il y a une ombre au tableau : une candidature écologiste dissidente (lire ci-contre).

« La fédération Régions et peuples solidaires dont l’UDB fait partie, a passé un accord national avec EELV, c’est là que cela s’est décidé », dit Yann Quéméneur. Que les consignes parisiennes n’aient pas été suivies localement ne le heurte pas. Quand on est militant de l’autonomie des régions, on ne s’étonne pas des incartades venues de la base.

Sylvie HROVATIN.

• • •

Pourquoi m’accorder votre confiance ? • Consultez mon blog • Mes engagements

Retrouvez-moi sur Facebook

Publicités