Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Le samedi 12 mai, c’était la fête de la diversité à Brest : fête de l’Europe place de la Liberté, commémoration de l’abolition de l’esclavage jardin Kennedy, départ de la course-relais pour le breton Ar Redadeg sur le port.

Anne-Marie Kervern , comme elle le fait chaque année (ou tous les deux ans s’agissant de Ar Redadeg), a participé à ces événements en rendant visite aux associations qui s’engagent auprès de la Maison de l’Europe de Brest pour une citoyenneté européenne, en participant au débat organisé par l’association Breizh Africa sur le sens contemporain de l’abolition de l’esclavage et en courant ses km de Redadeg avec plaisir. Anne-Marie témoigne de ces multiples engagements d’un « samedi ordinaire » d’une candidate UDB  aux élections législatives.

« La fête de l’Europe est toujours un moment important pour rappeler, auprès des écoles en particulier,  le rôle de l’Europe dans la paix et l’importance de développer une culture de paix.

Mais cette année, à écouter les commentaires d’un stand à l’autre, il a été plus que d’habitude question d’Europe sociale, de droit de vote, de droits fondamentaux, mais aussi de la nécessité d’un rapprochement entre les citoyens et les institutions communautaires. Qu’on ne s’y trompe pas : le côté festif, les danses folkloriques et le verre de thé gracieusement offert n’ont pas occulté le vrai souci : celui d’une Europe plus solidaire, avec une banque centrale au service de l’intérêt général, une Europe du refus de la concurrence sauvage et du dumping social, une Europe au service des Européens.

Il faut écouter ce qui se dit sur les places publiques !

Le débat sur l’abolition de l’esclavage a été l’occasion pour moi d’approfondir encore le sillon tracé les années précédentes.

BreizAfrica2012_AnneMarieKervern - Crédit Photo Emilie L'Hostis

Crédit Photo Emilie L’Hostis

L’abolition de l’esclavage n’est que juridique, l’esclavage moderne est une réalité mondiale. Les femmes et les enfants payent le prix fort de la traite et de l’asservissement. A titre d’exemple, le Bureau international du travail (BIT) estime que sur les 250 millions d’enfants de 4 à 14 ans qui travaillent à temps plein sans scolarisation, 60 millions le font dans des conditions de danger extrême (enfants soldats, entre autres).

L’esclavage existe bel et bien sur le territoire français puisque le Comité contre l’esclavage moderne a reçu plus de 200 signalements en 2009 : séquestration, confiscation des papiers, travail forcé, exploitation sexuelle, pornographie enfantine…La forme la plus courante est l’esclavage domestique, répandue dans le personnel des ambassades, sûr de son impunité.

En tant que candidate aux élections législatives, je pense qu’il faut absolument concilier immunité diplomatique et respect des droits de l’homme. En France, il est scandaleux de constater que la traite d’humains ne constitue pas une infraction pénale.

Je veux, pour les victimes, un fonds d’indemnisation et un titre de séjour humanitaire.

Redadeg2012_AnneMarieKervern - Crédit Photo Emilie L'Hostis

Crédit Photo Emilie L’Hostis

La course-relais pour le breton Ar Redadeg, qui en est à sa troisième édition, partait cette année de Brest après un départ de Rennes et de Nantes les éditions antérieures. Ce départ de Brest a été l’occasion de nombreuses festivités dès la veille. Le départ, samedi 12 mai, a fait un tabac sur le port et, comme lors du passage à Brest en 2010, j’ai couru mes km avec plaisir (voir article ci-joint dans Ouest-France et reportage ci-dessous sur le site 7seizh):

http://7seizh.info/redadeg-2012-depart-festif-de-brest/

En voyant la multitude des enfants en  T shirts turquoise, en entendant leurs rires, je ne pouvais  m’empêcher de penser à l’avenir de la Bretagne : oui, ils représentent cet avenir, de manière joyeuse et ouverte sur les autres. Je me suis souvenue aussi de quelques ringards dont je vous livre les géniales réflexions flétries et moyenageuses:

 

Redadeg2012_AnneMarieKervern2 - Crédit Photo Emilie L'Hostis

Crédit Photo Emilie L’Hostis

 » Ils vivaient dans leur langue pataude et leurs vêtements grossiers comme des espèces de Bas Bretons  » (Raymond Cartier, 1960)

« Ce n’est pas rendre service à des enfants que de les enseigner dans une langue qui n’a pas d’avenir », Jean-Pierre Chevènement, Ministre de l’Education Nationale

A qui appartient l’avenir, à votre avis? Assurément à ceux qui, fiers de l’héritage d’un peuple dont ils se servent comme d’un matériau de création, regardent droit devant eux, les bras ouverts sur le monde. L’humanité solidaire se construit aussi ici.

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMes engagements

Retrouvez-moi sur Facebook

Réunions publiques

Advertisements