Étiquettes

, , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Mardi 8 mai, Anne-Marie Kervern, candidate à l’élection législative 2012,  participera à la randonnée pour la paix organisée par l’Université européenne de la paix. Elle invite les Brestoises et les Brestois, conscients que la paix est un enjeu de développement durable, à la rejoindre, à partir de 14h, place de la Liberté à Brest. Et explique le sens de sa participation.

« Je suis très concernée par la question de la paix dans le monde, c’est un enjeu majeur pour l’humanité. Mon premier geste d’élue, en avril 2008, fut de planter un olivier pour la Palestine. En 2009, je participais à l’inauguration de la place dédiée au Général de Bollardière qui dénonça la torture pendant la guerre d’Algérie, et  pour lequel, j’avais souhaité un lieu de mémoire. Récemment, je manifestais au Faou contre l’arme nucléaire. Ce sont des gestes symboliques, mais qui ne doivent le rester, ils doivent être traduits dans un projet politique fort et précis.

Voilà pourquoi, alors que la planète est menacée par 27000 bombes atomiques, alors que le Finistère est particulièrement menacé parce qu’y réside la FOST (Force Océanique Stratégique) d’une puissance de destruction massive équivalente à 2000 fois celle d’Hiroshima, je m’engage fortement dans une politique en rupture avec la politique classique de la France en la matière, politique de rupture qui refuse la logique de bloc de l’alliance atlantique, l’assujettissement au Pentagone et aux intérêts du complexe militaro-industriel. Mais je m’engage aussi pour :

Pour le développement d’une culture de paix dans le cadre d’une démocratie participative

  • Pour une éducation à la non-violence à l’école, concrétisée par un véritable parcours civique et des acquis de compétences sociales
  • Pour la sécurité démocratique des populations et leur droit à l’information
  • Pour  l’application immédiate du traité de non-prolifération des armes nucléaires, traité violé par la France
  • Pour l’application immédiate de l’article VI de ce traité qui prévoit l’élimination de l’arme nucléaire sous contrôle international strict et efficace
  • Pour une politique de défense nationale réorganisée au sein d’une défense européenne, avec un objectif de désengagement du nucléaire militaire
  • Pour l’accélération du retrait des troupes françaises d’Afghanistan
  • Pour le soutien de la France à la reconnaissance d’un Etat palestinien, dans les frontières de 1967
  • Pour la levée du secret-défense sur les essais nucléaires en Algérie et en Polynésie
  • Pour l’indemnisation effective des victimes des essais nucléaires français
  • Pour une véritable lutte contre les réseaux mafieux de la Françafrique et la dissolution de la cellule Afrique de l’Elysée
  • Pour le transfert de la politique étrangère au parlement.

Je rappelle que la paix ne se décrète pas, c’est une construction culturelle, institutionnelle et sociale. Voilà pourquoi, on ne peut travailler à la paix du monde sans s’engager fortement dans une politique d’égalité, de justice et de solidarité. Il n’y aura pas de paix mondiale sans justice sociale. Il n’y aura pas de paix mondiale sans souveraineté alimentaire. Il n’y aura pas de paix mondiale dans le pillage des ressources communes. Nous vivons dans un monde dont nous devons admettre les limites Mais les relations humaines, les expressions culturelles dans leur diversité et leur créativité sont, elles, illimitées.

Je vous propose le parfum violent d’une paix à construire ».

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMes engagements

Retrouvez-moi sur Facebook

Retrouvez-moi sur Facebook

Réunions publiques

Publicités