Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Dimanche 29 avril, tandis que le candidat Nicolas Sarkozy, en meeting à Toulouse, prononçait une ode aux frontières et raillait la diversité dans un discours digne de Barrès et Maurras, à Brest les enfants de familles originaires de Turquie fêtaient la « journée des enfants ». C’est la fête nationale turque, mais pas seulement…. Car à Brest c’était bien plus que cela.

Anne-Marie Kervern, adjointe au maire chargée de l’insertion par le dialogue des cultures, participait comme chaque année à cet événement convivial, à l’Escale de Pontanezen. Elle explique les raisons de sa participation à cette manifestation.

« Comme je participe régulièrement aux activités des associations organisatrices (Langues du Bosphore et l’association des parents d’élèves turcophones), j’ai tenu à montrer mon intérêt pour la démarche des parents qui tiennent à ce que leurs enfants ne soient pas coupés de leur culture d’origine. En effet, je suis persuadée qu’on ne construit rien de bon sur de la perte, on n’y gagne que de la frustration, voire du ressentiment.

Dans le nord Finistère une centaine d’enfants bénéficient du dispositif ELCO (enseignement des langues et cultures d’origine). L’objectif du dispositif, qui est de développer les compétences linguistiques des élèves (primaire et collège) et leur réussite scolaire, est aussi l’occasion de développer une pratique interculturelle avec la société d’accueil. En fond de scène, le drapeau breton encadré des drapeaux turcs et français témoignait de cette ambition.

La salle de l’Escale était bondée de familles de Brest, de Briec et de Pont de Buis où vivent de nombreuses familles originaires de Turquie, parmi lesquelles des familles kurdes, et comme me disait une maman, « fière de l’être ». Sous la direction de leur enseignant, les enfants ont valorisé la diversité culturelle de la Turquie et de ses régions par des poèmes bilingues, des chants, des danses…

Autour d’un thé, les conversations allaient bon train sur l’Europe, la priorité des priorités que doit être l’éducation des enfants qui sont notre avenir à tous, mais aussi, la question complexe, en Turquie comme en France, de l’unicité culturelle et de la diversité à laquelle les politiques doivent trouver des réponses conformes aux droits de l’Homme. 

En ce qui me concerne, je suis plus que favorable à ce que l’enseignement ELCO soit considéré comme un élément d’un parcours linguistique reconnu et qu’il prenne toute sa place dans le plan de généralisation des langues à l’école primaire. Par ailleurs, il faut absolument que le dispositif ELCO soit réellement intégré à l’enseignement des langues vivantes et puisse être poursuivi comme tel au collège. »

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMes engagements

Retrouvez-moi sur Facebook

Publicités