Étiquettes

, , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Le jeudi 19 avril avait lieu à salle Mac Orlan  de Brest la remise des prix aux lauréats du concours « Si j’étais président-e », organisé par le bureau information jeunesse et le magazine 7 jours à Brest. Anne-Marie Kervern y était.

Organisation, animation, jury  de la soirée : 100% jeunes. Bravo, même si la soirée n’a pas vraiment fait recette auprès des jeunes (une cinquantaine de présents) dont on dit qu’ils ne se sont pas sentis pris en compte dans la campagne électorale. Une soirée conçue comme une invitation à la participation et à la citoyenneté plutôt qu’à la présentation de mesures programmatiques. Une occasion aussi pour de jeunes militants politiques de dire à ceux qui ne le sont pas qu’ils trouvent une vraie satisfaction dans la possibilité d’être acteurs, en non seulement spectateurs.

Ceux qui tenaient des bureaux de vote dimanche à Brest ont pu constater la forte présence des jeunes : il est certain qu’ils se sont sentis concernés. Pas étonnant : ils ont ramassé de plein fouet, depuis 5 ans, l’augmentation du coût de la vie (logement, transports, santé, éducation, culture, marchandisation de services à la population…) tout en subissant une précarisation telle qu’il semble presque « normal » aujourd’hui de passer par des années de galère avant de s’insérer dans la vie active. Aujourd’hui, 1 jeune sur 5 en France vit au dessous du seuil de pauvreté, les jeunes diplômés sont sur le carreau, on leur offre des stages qui profitent surtout aux employeurs, on les invite à apprendre à faire un bon curriculum vitae, le taux de chômage des moins de 30 ans avoisine 40% dans certains quartiers. La précarité est une expérience collective pour toute une génération sacrifiée.

Le jeune qui enclenche un vrai parcours d’autonomie à la sortie du système scolaire (emploi stable, logement accessible, mutuelle, une carte de syndicat dans une poche, une carte de club sportif dans l’autre, projet de vie…), cherchez pas, on ne trouve plus le produit en magasin.

Les candidats aux élections présidentielles n’ont pas complètement ignoré cette situation, mais leurs réponses sont trop souvent dans le prolongement de ce qui est fait sans résultat depuis 30 ans : stages, assouplissement du droit du travail, abaissement du coût du travail pour les entreprises, dispositifs spéciaux toujours plus défavorables que le droit commun.

« Je dis qu’il faut sortir de ces sentiers battus et rebattus. En tant que candidate aux élections législatives 2012, j’adhère complètement à la démarche et aux propositions de la plateforme Pour un big bang des politiques jeunesse, et je suis signataire de son appel. Cette plateforme, observatoire le plus expérimenté sur les thèmes de la jeunesse, regroupe des associations, des fédérations d’éducation populaire, des structures d’insertion, d’hébergement ou de santé. Elle a le soutien de Bertrand Schwartz, inventeur des missions locales dont je fus parmi les premiers promoteurs à Brest, dès 1982.

En accord avec cette plateforme, je réclame :

l un droit pour tous à construire son parcours de vie et à vivre dignement

l un droit à l’éducation-formation tout au long de la vie

l la mise en place d’un véritable service public d’accompagnement des jeunes (rôle que les Missions locales ne sont plus en mesure de jouer).

l des garanties de ressources pour une vie décente

l l’accès à l’emploi dans des conditions de travail formatrices

l une politique d’ensemble qui associe : implication  des jeunes, autonomisation, sécurisation des parcours.

J’invite les lecteurs de ce blog à en prendre connaissance

http://www.bigbangjeunesse.net/wp-content/uploads/2011/11/Plaquette_BigBang_PolitiqueFINALbd.pdf

 

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMes engagements

Retrouvez-moi sur Facebook

Publicités