Étiquettes

, , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

La semaine passée Anne-Marie Kervern a répondu à l’invitation de trois associations culturelles :

–        en participant à la Fête interculturelle du quartier de Pontanezen, le 3 avril, à l’Escale de Pontanezen,

–        en assistant à une pièce de théâtre bilingue de la troupe de théâtre Piba, le 6 avril au Stella, dans le quartier de Lambézellec,

–        en participant à une soirée slave organisée par l’association Langues du Tonnerre, le 7 avril  à la Maison pour tous de Lambezellec.

Ce furent trois moments de culture partagée où Anne-Marie Kervern est allée apporter son soutien, dire son intérêt, exprimer sa volonté de croiser culture et éducation populaire.

Ces trois démarches ne devaient rien un hasard comme s’en explique Anne-Marie Kervern :

« Je veux, par ces gestes, montrer que je suis une élue de terrain qui vit intensément une symbiose avec ceux qui imaginent, créent, inventent, par la création artistique et par des événements culturels, de nouvelles manières de tisser du lien, de vivre et de changer la vie. Ces moments de partage dans les quartiers ont chaque fois été des prises en compte des cultures vivantes des habitants et l’occasion de leur participation effective à l’expression artistique.

La « démocratisation culturelle » est présentée comme un grand enjeu par les institutions depuis trente ans, mais elle ne met pas en cause les hiérarchies sur lesquelles est fondé le prestige social de la culture dite savante. Son idéal est de faire accéder le plus grand nombre à la culture reconnue comme légitime. Oui, il faut faire partager au plus grand nombre ce que certains ont cru devoir réserver à une élite. Mais je veux aller plus loin, beaucoup plus loin. Je veux que la culture soit le socle de notre développement. Pour cela, il faut que soient soutenues les actions de réhabilitation des cultures dans leur diversité, à travers des formes collectives d’expression symbolique qui ont pour enjeu la construction ou la reconstruction des identités socioculturelles (cultures populaires, cultures minoritaires ou régionales, cultures de groupes sociaux comme celle du quart-monde…).

Je crois à l’universalité de la capacité individuelle de création. La démocratie culturelle à laquelle je veux donner du souffle, sera concrétisée par le soutien aux pratiques amateurs, à la création partagée entre artistes et habitants, à l’expression culturelle populaire, aux projets visant la rencontre interculturelle.

Pour cela, je redonnerai toute sa place émancipatrice à l’éducation populaire, en rupture radicale avec la politique de divertissement, consumériste, mercantile et nationale-franchouillarde de Sarkozy. Je veux que l’acte 3 de la décentralisation impulse un nouvel élan démocratique à la culture dont la Région sera le principal point d’appui. Mais elle ne le sera vraiment que dans une compétence reconnue par un budget digne des grandes régions européennes : c’est pour arracher cela à l’immobilisme hexagonal que je me présente à l’élection législative 2012.»

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMes engagements

Retrouvez-moi sur Facebook

Publicités