Mots-clefs

, , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

L’étrave Espoir II, symbole de la lutte des salariés de la Sobrena depuis octobre, a été déplacée de la place de la Liberté vers le rond-point des Foulques, à l’entrée du port de commerce.

C’est un signe qui marque, non pas la fin d’un combat pour la réparation navale à Brest, mais la fin d’un épisode et le démarrage d’une reprise que l’on espère satisfaisante pour l’ensemble des salariés et pour la pérennisation de la réparation navale civile à Brest avec le retour des méthaniers, qui fut la spécialité de la Sobrena avant la perte du contrat avec Shell.

Les salariés de la Sobrena avaient exprimé leur préférence pour le groupe néerlandais Damen, une préférence qui tenait aux engagements du groupe concernant la reprise de l’ensemble du personnel. Toutefois, on se souvient que Damen se réservait la possibilité de faire des transferts de personnels entre ses différents sites et d’avoir recours à des prestations de services de sociétés étrangères, employant de la main-d’oeuvre étrangère. C’était déjà le cas à la Sobrena depuis plusieurs années, via la société Harris Pye, employant bon nombre de Polonais. C’est un élément du dossier qui inquiète encore et sur lequel il faut rester vigilant car c’est la condition d’une réelle localisation de l’emploi à Brest. La libre circulation des travailleurs, oui, mais le dumping salarial et social n’a pas sa place en Europe.

• • •

Pour une rupture démocratique

Consultez mon blog

Retrouvez-moi sur Facebook

Publicités