Étiquettes

, , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Jeudi 29 mars, Anne-Marie Kervern a participé à la soirée-débat organisée par Patricia Adam, candidate PS à l’élection législative, sur le thème de l’immigration, et en est revenue…déçue, et même choquée. Elle s’en explique.

« Je me suis placée d’emblée dans la perspective du second tour de la Présidentielle qui va être un moment d’affrontement violent autour de cette question.

A la tribune : le Président de la ligue des Droits de l’Homme, la candidate Patricia Adam et le célèbre Kofi Yamgnane, témoin majeur. Kofi Yamgnane est un charmeur, et bien dans son rôle, il a charmé. Mais on ne peut pas dire qu’il ait apporté beaucoup de propositions concrètes.

Des émigrés ont pu parler des situations ubuesques qu’ils vivent avec l’administration, des migrants devenus français ont évoqué leur parcours du combattant, les uns et les autres ont évoqué leur refus de choisir entre leur double ou triple culture. Bien. Mais les propositions, les changements à venir dans la perspective d’une élection de François Hollande ? Pas grand-chose à part l’idée, pas nouvelle mais jamais appliquée, que c’est par le développement des pays du Sud que se feront les meilleures régulations. Alors, concrètement, le PS, s’il revient au pouvoir à Paris, va-t-il donner la priorité à un pacte de solidarité et de développement entre l’Europe et l’Afrique pour y permettre un développement social ?

Quelques idées reçues sur les aspects quantitatifs de l’immigration ont été battues en brèche, il le fallait sans doute. Mais on ne gagnera pas la bataille contre la droite et les idées qu’elle distille sur des chiffres, on la gagnera sur des valeurs. Et précisément, les valeurs ont été peu affirmées. Une personne d’origine mauritanienne, choquée par ma question sur les femmes privées de statut personnel dans le cadre d’accords bilatéraux avec l’Algérie et le Maroc, a même pu qualifier cette situation de culturelle (et devant être respectée comme telle !), sans que quiconque à la tribune ne replace la question sur le bon terrain : celui des droits imprescriptibles de la personne. Ce type de grave dérive culturaliste – et c’est la candidate d’un parti attaché à la diversité culturelle qui la souligne – aurait dû entrainer un recadrage rapide de la candidate ! Intolérable dans une assemblée de gauche ! Ne pas réagir fut une faute politique.

Faut-il glisser discrètement sur cette question des accords bilatéraux, « parce que c’est complexe » comme le dit pudiquement Patricia Adam …ou parce qu’il faut se préparer à ménager un pays producteur de gaz et de pétrole ?

Quant à ma question sur le régime d’exception appliqué en Guyane, en Guadeloupe et à Mayotte qui donne lieu à de multiples atteintes aux droits de l’Homme, régime d’exception qui ne reconnait pas à tous les mêmes droits que sur le territoire métropolitain, y compris pour les migrants et demandeurs d’asile…elle est restée sans réponse. »

http://www.mediapart.fr/content/contre-expertise-sur-la-politique-migratoire

http://www.mediapart.fr/journal/international/230312/helene-flautre-la-politique-migratoire-est-prise-en-otage-par-les-disco

• • •

Pour une rupture démocratique

Consultez mon blog

Retrouvez-moi sur Facebook

Advertisements