Tags

, , , , , , , , , , ,

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Vendredi 1er juin, à 20h30,

Brest, centre-ville, salle Tessier (bâtiment UNSA),

4, rue Colonel Fonferrier, près de l’entrée de l’hôpital des armées

 Madame, Monsieur,

Je vous invite à débattre de cette question majeure de la relance, qui concerne chacune et chacun d’entre nous, avec Alain Retière. Agronome de formation, expert auprès des Nations Unies, il coordonne le 10ème congrès mondial des villes en transition écologique « Ecocities 2013 » qui se tiendra à Nantes du 23 au 27 septembre 2013.

20 ans après le premier sommet des Nations Unies qui avait consacré le « développement durable » et la démarche des agenda 21, Rio-de-Janeiro accueillera, du 20 au 22 juin 2012, un nouveau sommet (Rio+20) pour tirer un bilan et tracer des perspectives.

Le bilan, quel est-il ? Très clairement c’est celui d’un échec du développement durable. Censé concilier l’économie, le social et l’environnement dans le double but de juguler la pauvreté et de préserver l’environnement, il n’y est pas parvenu. Depuis 20 ans la biodiversité a continué à reculer, la déforestation s’est accrue, les ressources des océans ont diminué, les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté (même si quelques pays industrialisés ont amélioré leur bilan carbone). Quant à la pauvreté, elle affecte davantage d’êtres humains dont près d’un milliard ne mangent pas à leur faim.

Pourtant tout n’est pas perdu, l’échec n’est pas définitif. Tout n’est pas perdu car l’humanité a déjà commencé à entrer dans l’ère de l’après-pétrole. Même si certains s’obstinent à vouloir exploiter coûte que coûte les ultimes ressources fossiles (gaz de schiste, pétrole des zones arctiques), pour un coût environnemental gigantesque, a contrario des territoires sont déjà entrés dans un nouveau monde. Ce nouveau monde c’est celui d’une nouvelle révolution industrielle qui fait la part belle aux énergies renouvelables, à l’efficacité énergétique, au mariage des technologies les plus innovantes et de la proximité. De grandes villes comme San Antonio au Texas ou Huesca en Aragon ont déjà commencé à construire la ville de demain qui sera une ville à énergie positive, c’est-à-dire une ville qui produira plus d’énergie qu’elle en consomme. Comment ? En concevant chaque bâtiment comme une centrale électrique et en interconnectant tous les bâtiments pour former des réseaux locaux intelligents (« smart grids » en anglais). Pour une énergie décentralisée.

Et ce qui se prépare dans les villes se prépare aussi dans des territoires ruraux. Jusqu’en Bretagne où la communauté de communes du Mené, au sud de Saint-Brieuc, travaille à son indépendance énergétique à partir de ses propres ressources.

Avec Alain Retière, qui est au cœur de ce grand chambardement, je vous invite à débattre et à réfléchir ensemble à ce nouveau monde passionnant à construire pour nos enfants et nos petits-enfants. Un monde qui leur donne un avenir.

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMes engagements

Retrouvez-moi sur Facebook

Retrouvez-moi sur Facebook

Réunions publiques

About these ads