Mots-clés

, , , , , , , ,

brezhonegfrançais

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Anne-Marie Kervern, candidate à Brest Ville pour les législatives 2012, avec Fragan Valentin-Lemèni

Les priorités d’Anne-Marie KERVERN,
candidate de l’UDB aux élections législatives des 10 et 17 juin 2012
dans la circonscription de Brest-ville (2ème circonscription du Finistère)

Candidate de l’Union démocratique bretonne, je suis la candidate de la RUPTURE DEMOCRATIQUE AVEC LE SYSTÈME EN PLACE.

En rupture avec le centralisme, je veux que les Régions, par lesquelles se créeront les emplois de demain, aient la responsabilité de 20% du budget public global en France (seulement 3% aujourd’hui) et je veux un Ministère de la Mer décentralisé à Brest, où se trouve 50% de la recherche océanographique française.

En rupture avec le jacobinisme, je veux que la loi de la république reconnaisse aux parents le droit à une éducation bilingue français-breton pour leurs enfants et je veux que tous les enfants de Bretagne obtiennent à l’école un minimum de connaissance de l’histoire, de la géographie et de la civilisation de la région où ils grandissent.

En rupture avec les privilèges des plus riches, je veux introduire dans le code pénal la peine d’indignité nationale (perte temporaire ou définitive de la nationalité française) pour les grosses fortunes qui organisent leur évasion fiscale à l’étranger pour se soustraire à l’effort commun.

En rupture avec la dépendance au nucléaire et aux énergies fossiles, je veux que la France donne aux Régions et aux communes les moyens d’une grande politique en faveur de la sobriété et de l’efficacité énergétique (habitat passif, isolation thermique, appareillage électrique économe…), en particulier dans les logements sociaux et le logement privé des ménages à revenus faibles ou moyens. Ce sera bon pour l’emploi local, bon pour la solidarité et bon pour l’environnement. Je veux y consacrer un grand emprunt populaire.

En rupture avec la xénophobie instituée en politique d’Etat par la droite pour masquer ses échecs, je veux une république exemplaire qui ne sera plus complaisante avec la criminalité et la délinquance en col blanc.

En rupture avec l’Europe molle face à la finance spéculative, je veux une Europe forte avec des politique sociale, fiscale et industrielle intégrées, quitte à construire cette Europe de l’efficacité et de la solidarité avec moins d’Etats membres.

Anne-Marie Kervern

• • •

Pour une rupture démocratique • Consultez mon blog en français et en bretonMes engagements

Retrouvez-moi sur Facebook

About these ads